Connais-tu ho’oponopono ? 

C’est un système de guérison hawaïen qui se base sous forme de mantra. C’est un art de vivre, une philosophie permettant de remettre la paix en soi et  se remettre en paix avec ce qui est.

La fameuse phrase : désolé, pardon, merci, je t’aime.

As-tu déjà vécu des moments tellement difficiles, des expériences qui t’ont fait énormément souffrir au point que tu n’as pas pu les accueillir et écouter leur sagesse ? Toutes les situations que nous vivons ont une raison d’être, d’ailleurs nous pouvons voir les obstacles comme des amis ou comme des ennemis, je t’en parle ICI.

 

Ho’oponopono est arrivé sur ma route au moment où je comprenais que chaque expérience a un message, même si je ne savais pas le décoder.

J’ai, à ce moment-là, commencé à l’intégrer dans mes pratiques de guérison. Mais j’ai mis beaucoup de temps à comprendre son processus, à intégrer pleinement cette pratique. Cet art de vivre a été parfois très inconfortable pour moi. Je t’explique.

 

Au début je pensais qu’il fallait dire à l’autre « je t’aime ». Sauf que je n’aimais pas certaines personnes et même en me connectant à leur âme, à leur dimension se trouvant au-delà du temps et de l’espace, je n’y arrivais pas ! J’avais la sensation de ne pas me respecter et en étant honnête avec moi, je n’arrivais tout simplement pas à faire semblant !

 

J’ai donc cherché d’autres explications, j’ai écouté plusieurs visions, je les ai testés. Même en parlant à mon âme ou en me mettant de son point de vue, cela ne m’ouvrait toujours pas le cœur ! Je sentais que ça coinçait toujours ! J’avais l’impression de parler à une autre personne, de faire une différence entre mon âme et moi, d’alimenter une dualité en moi.

 

Et puis la réponse est venue de mes guides, ils m’ont invitée à me l’approprier, à écouter comment les mots que je prononçais résonnaient en moi, dans mon plexus et dans mon cœur. Je me suis reliée à mon intuition, et à mes sensations physiques.

 

J’ai pu voir ce qui était ok et pas ok, sans jugement sur les pratiques, et le regard que chacun portait à cette méthode de guérison. Je suis vraiment sortie du cadre conventionnel d’utilisation de cette méthode pour trouver la mienne. Cela m’a aussi fait cheminer sur le non jugement de moi-même dans cette différence.

 

La solution : me parler à moi-même (ou moi m’aime) et donc à utiliser le je au lieu du tu.

Je te partage aujourd’hui le résultat de ce cheminement et la façon dont je l’utilise.

 

Je me dis à moi-même combien je suis désolée, je me pardonne, je me remercie et je me dis que je m’aime.

 

Voici des exemples :

 

Désolé :

  • de mettre imposer cette expérience
  • d’avoir continué à vivre cette expérience
  • de mettre faire vivre cette expérience
  • d’avoir créé cette expérience dans ma vie

Je me pardonne :

  • de mettre imposer cette expérience
  • d’avoir continué à vivre cette expérience
  • de mettre fait vivre cette expérience
  • d’avoir créé cette expérience dans ma vie

 

Je me remercie pour ce changement que je m’autorise à vivre.

 

Je m’aime telle que je suis, peu importe ce que je vis.

 

J’utilise énormément cette méthode dans « l’urgence », c’est-à-dire dès que je ressens un inconfort et que je n’ai pas les moyens d’en utiliser une autre ou de me faire un soin énergétique. Cette méthode me calme rapidement, me réaligne et m’ouvre le cœur.

 

Pour aller plus loin dans la compréhension de tes expériences et avoir d’autres méthodes, découvre ma formation en ligne « identifier et sortir des schémas répétitifs » en cliquant ICI. Pendant 15 jours je t’accompagne pour comprendre conscience et sortir de ses expériences qui se répètent afin de reprendre le contrôle de ta vie.

Tu souhaites faire tourner la roue et arrêter de vivre toujours la même chose ? => Clique ICI !

ENJOY !

ps : je te partage mon expérience et mon regard sur cette pratique, il n’est nullement question de la prendre comme unique vérité ou de critiquer les autres façon de faire. Par contre je te demanderais de respecter ma vision, de ne pas essayer de me convaincre de quoi que ce soit. Merci !