L’enfant intérieur tu connais?

En ce moment je me questionne beaucoup, beaucoup, beaucoup… 

Et j’ai la sensation d’être comme paralysé, d’où mes questionnements.

Je ressens beaucoup de doutes, je n’arrive plus à passer à l’action et j’observe pourquoi. C’est pour cela d’ailleurs que j’ai commencé un défi des 100 jours sur l’auto-discipline (ICI).

Lors de ma dernière séance avec ma coach, je lui parlais de cela. J’avais comme une montagne devant moi à franchir avec 2 chemins qui se présentaient à moi et je ne savais pas lequel prendre. Je savais que les deux me mèneraient au même endroit mais que l’un serait plus facile que l’autre. C’était ma croyance!

De fils en aiguille, et grâce à ses questions, je me suis rendu compte, qu’il y a quasi un an, j’avais émis cette intention : arrêter de créer ma vie avec mes blessures mais avec ma joie. Car je créais beaucoup ma vie avec mes blessures, douleurs, souffrances, limites : d’enfants, de vies antérieures, de mes ancêtres… Mais soyons clairs : enfants j’ai été joyeuse aussi! Je n’ai pas eu que des vies difficiles et mes ancêtres m’ont transmis aussi de très belles choses!

Et puis cela a fait tilt !

En fait ces deux chemins, ce n’est pas un choix extérieur mais un choix intérieur !

Avec quelles énergies j’ai envie de faire le chemin ? La douleur ou la joie ? Et que ferais mon enfant joyeux là ?

Déjà il baisserait la montagne et la transformerait en petite colline, puis il réunirait les 2 chemins ! Et il avancerait. Je me suis vu petite fille, souriante et pleine de joie, me prendre moi adulte et me dire « vient, je te montre ! ».

Souvent tu entends que ta part adulte doit venir réconforter ta part enfant. Et cela est juste, je l’ai fait à de nombreuses reprises. Et si, là, je laissais mon enfant intérieur joyeux montrer le chemin à l’adulte que je suis, me montrer quoi faire. Et si je laissais le Youpitralala me montrer le chemin?

Et c’est mon enfant intérieur mais c’est aussi le dauphin en moi (Delphine signifie Dauphin) : le dauphin ferait quoi là ?

Et les expériences apprises dans mes autres vies ou par mes ancêtres feraient quoi là ?

Attention, je ne marque pas : m’obliger à être dans la joie tout le temps et être dans le déni de mes souffrances  mais être aussi à l’écoute de mes parts joyeuses, légères, apaisées, etc.

Et je suis sûr que les choix se feront par des évidences.

Lors de la dernière initiation Reiki 1er degré, les sylphes sont venus et nous ont rappelé que le chemin vers la connaissance de soi pouvait aussi être léger et joyeux.

Et comment faire? Et bien ferme les yeux, respire, et pose toi la question : et que ferais mon enfant intérieur joyeux là, tout de suite et laisse venir. Ne commence à te dire « non c’est stupide, non c’est mon imagination », juste est confiance!

Tu peux aussi simplement te connecter à ton enfant joyeux à l’intérieur de toi, à imaginer que tu es avec lui, et juste apprécier ce moment passer avec cette part de toi! Ressens comme cela te fait du bien!

 

Alors, que ferait ton enfant joyeux ?